Une ville de gangs, et puis..
 

Partagez | 
 

 Quand le Destin t'impose quelque chose, t'abdiques. [PV Yuu~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

| Black Virus |

| Black Virus |


Messages : 17
Inscrit le : 09/07/2012

Carte d'identité
Âge: 17 ans ~
Gang: Black Virus ~
Relations:

MessageSujet: Quand le Destin t'impose quelque chose, t'abdiques. [PV Yuu~]   Dim 15 Juil - 16:26

Quand le Destin t’impose quelque chose, t’abdiques.



Une pièce. Une simple pièce. Une chambre plus précisément. Une chambre plutôt bien meublée d’ailleurs. Des murs blancs sur lesquels plusieurs posters et autres diverses choses étaient accrochées. Un plancher de couleur brunâtre, sur lequel reposait un tapis en fausse fourrure. Au milieu de la pièce se trouvait un lit, lit aux draps blancs dans lesquels un être vivant se reposer en ronflant tranquillement. Bref, une chambre banale. L’atmosphère qui régnait dans cette pièce était des plus agréables, ni trop froide, ni trop étouffante. Une brise légère s’infiltrait par la fenêtre, entrouverte. Les volets, abîmés par le temps, laissaient passer un mince filet de lumière, ce qui ne semblait pas déranger pour autant l’habitant qui se trouvait sous sa couette. La scène que l’on pouvait admirer était d’une extrême sérénité. On pouvait entendre les oiseaux piaillaient à l’extérieur ainsi que le moteur des voitures qui se précipitaient sur les petites routes d’Arfes. Une matinée calme et reposante pour quelqu’un ayant passé une nuit agitée… Aaaaah quel silence magnifique quand on p-…

« Bordel, Ed’ ! Il n’y a plus rien dans le frigo ! »

Ouais, ‘fin, c’était un calme magnifique jusqu’à ce que je me souvienne que tu créchais ici, aussi. Tss, Eden, t’es vraiment sans gêne ! Et ton pauvre frangin qui rentrait à peine d’une nuit en boîte, venait tout juste de se faire agresser par un bruit de porte s’ouvrant à la volée ainsi que par la folle, gueulant comme une mouette, qui venait de l’ouvrir. Tout ça pour quoi ? Parce que le frigo est vide… Eden, l’idée de faire des courses ne te viens jamais à l’esprit ou quoi ?! Et toi, comme la petite insolente que tu es, tu pénètres dans la chambre de ton pas rempli de désinvolture, ouvrant avec rage les volets, faisant ainsi pousser un grognement mécontent à ton brother. Rah la la la… impossible pour toi de te tenir à carreau plus de quinze secondes, pas vrai ? T’pourrais faire un effort, seulement le matin, au moins. Mais nan, ça ne te ressemblerait pas. Toi tu t’en tamponnes de savoir que ton frère à juste une envie, t’écarteler dans un moment de folie. Ouais, ben moi j’dirais que si ça t’arrive… j’dirais qu’c’est bien fait pour ta pomme, sale folle !

« Ben va acheter à bouffer, t’sais l’espèce humaine a inventé quelque chose de très utile : le super marché… invention formidable, hein ? »

Tu grognes, pour montrer ta mauvaise humeur habituelle. Puis finalement tu sors de la chambre rageusement en fulminant des insultes pas très jolies, jolies contre ton cher frère. Aaah ! C’est beau l’amour fraternel !... Oh c’est bon ne me regarde pas comme ça, t’as pris l’habitude que je me foute de ta tronche, depuis l’temps. Tu trimballes ton corps d’anorexique jusqu'à ta chambre, cette fois. Te dirigeants vers ton armoire, prenant au pif un jean à moitié déchiqueté et un T-shirt trop large. T’enfiles, toujours avec la même colère, tes vieilles rangers et tu te casses de l’appartement en prenant soin de jeter les dernières provisions restantes, à savoir un yaourt et une poire, histoire d’être sûre que ton frangin se fasse autant chier que toi pour pouvoir béqueter ce matin. C’pas gentil, tu l’sais, mais t’as jamais été gentille. Du moins, ça dépend avec qui, et puis même si tu fais ta garce avec ton frangin c’est une des seules personnes, en dehors du gang bien sûr, que t’apprécies. Alors bon, vous vous cherchez mutuellement des noises mais au final vous, vous aimez bien quand même… ‘fin, j’crois…

« P’tain ! Pas foutu d’faire trois courses, quoi ! Abusé ce mec. Tss. »

Tout en crachant ton venin à qui voudra bien t’entendre, tu sors ton paquet de clopes pour en prendre une entre tes fines lèvres, qui, pour l’instant, font la grimace. Et voilà, pauvre petite Black Virus que tu es il va falloir que tu ailles acheter à bouffer pour pouvoir remplir ton estomac qui crie famine. La vie est cruelle, hein ? Hé hé, il n’y a pas à dire, j’adore me foutre de toi ! Ouais, bon ça va, remballe ton regard de rottweiler enragé et continue de marcher ! Le pire, c’est qu’aujourd’hui tu étais atteinte d’un syndrome propre aux adolescents… hum, hum j’veux dire aux jeunes adultes, sorry, qui se nomme « la flemme ». Syndrome dévastateur qui peut pousser n’importe qui dans un état léthargique tout en étant étalé dans un canapé bien moelleux. Bref, t’avais la flemme de tout, aujourd’hui. D’habitude, t’as la flemme tout court, mais là c’est genre puissance dix. Même pour bouffer, t’hésites encore à t’engager dans les rues commerçantes histoire de t’acheter un sandwich ou un autre truc à ingurgiter… Ouais, c’terrible la flemme attitude, hein ?

Alors même que tu allais poser le pied sur le trottoir d’une de ces fameuses rues… tu ronchonnes une nouvelle fois pour dévier de ton chemin et te diriger vers le parc. Rien à foutre, t’veux pas désobéir à ton attitude de feignasse. Ouais, nan mais parce que t’es têtue, quand même. Genre comme une mule hé hé… Oh ça va ! C’était une blague ma chère, calme donc ton esprit furibond et continues d’avancer dans les ruelles d’Arfes. Au fait, l’idée d’aller au QG ne te dit rien ? Nan ? La flemme aussi ? Puis d’toute façon c’est trop loin maintenant, t’es déjà presque devant le parc et il est hors de question que tu te tapes tout le trajet à l’envers. Maintenant que t’y est, t’y restes. Point barre. Au fait, pourquoi le parc ? D’habitude tu détestes y aller à cause des gamins qui passent leur temps à gueuler et courir en sautant partout. Et pourtant, là, t’y vas quand même. Pourquoi ? L’destin j’suppose. ‘Fin en même temps j’vois pas d’autres raisons à moins qu’tu sois devenue cinglée… Remarque d’un autre point de vue, cinglée tu l’es déjà et donc tu… Okay, j’me tais, j’me tais, si on peut plus déconner tranquille.

Au final, t’es arrivée au parc, toujours la clope au bec et un regard noir scotché sur la face. Tu te diriges d’un pas menaçant vers un des vendeurs de boissons se trouvant à quelques mètres d’une fontaine, criant à droite à gauche sur deux ou trois gamins qui passaient trop près de ta petite personne. Et, encore, au final tu n’achètes qu’une simple limonade. Woaw. Là, tu m’impressionnes. Tout ce chemin pour une… limonade ? Ouais, en gros tu prenais de l’eau et du savon ça faisait de l’eau bulleuse aussi, hein… et puis chuis sûre que ça t’aurait nettoyé l’estomac à donf’ !... Ouais, ouais, je sais ! J’dis plus rien roooh !

Tandis que tu sirotais tranquillement ta limonade, tu te diriges vers un des bancs les moins occupés. En même temps, un samedi matin vers onze heures, les mères et leurs mômes squattent un peu tous les bancs du parc. Tu t’installes donc à côté d’une nana brune, tu ne lui jettes pas un regard et continues de siroter bruyamment la fin de ta boisson. T’ignores simplement la fille se trouvant à côté de toi ; espérant juste qu’elle te foute la paix. Nan, pas qu’elle te foute la paix, que tout le monde te foute la paix.

Et tu reprends le fil de tes pensées, pensées de petite cinglée violente que tu es.


_________________
~La Vie est un Jeu dont la seule Règle est de Prouver son Existence~

Présentation / Fiche de Personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

I'm a Hero ! ☆

 I'm a Hero ! ☆


Messages : 81
Inscrit le : 14/07/2012

Carte d'identité
Âge: 12ans
Gang: Aucun
Relations:

MessageSujet: Re: Quand le Destin t'impose quelque chose, t'abdiques. [PV Yuu~]   Dim 22 Juil - 14:27

Urusai...




Yuu, blasé comme à son habitude, était en train de travailler. C’était Vendredi aujourd’hui et du coup c’était son dernier jour de boulot avant d’être en week-end, sauf que ben ça elle s’en foutait un peu à vrai dire. Qu’elle était en week-end ou non l’importait peu, à vrai dire elle préférait encore la semaine avec les cours et son job elle avait de quoi s’occuper l’esprit, alors que le week-end elle ne faisait strictement rien de ses journées. La petite demoiselle passait son temps à se balader, à se battre parfois contre des gens qui l’énerver, ou alors elle se poser dans un coin et observer. Quant à la nuit, la plus part du temps elle était perché sur une branche d’arbre à admirer les étoiles et s’endormait souvent à ce moment-là d’ailleurs. Alors que Yuu s’était perdue dans ses pensées en songeant à ce qui allait l’attendre ce week-end, une voix l’interpella.

« Yuuuu ! Vient par ici j’ai du boulot pour toi. »

La petite demoiselle poussa un soupir puis laissa ce qu’elle était en train de faire pour aller rejoindre son Manager et voir ce qu’il voulait qu’elle fasse. Il lui expliqua qu’un devait resserrer un truc car le mec qui devait s’en occuper n’y arrivait pas. Eh bah dit dont, et dire qu’on disait toujours que les mecs avaient plus de force que les filles hein. Yuu hocha la tête puis fit ce que son chef lui avait demandé, ce n’était pas bien dur mais c’est vrai qu’il fallait avoir de la force. Une fois fini elle jeta un œil au type qui était censé faire ce qu’elle venait de faire et se demanda pourquoi il n’avait pas pu le faire. Il n’avait pas l’air fragile pourtant, bah aucune importance. Elle lui remit la clé à molette dans la main et s’apprêter à s’en aller quand elle entendit un « Aïe ».

Yuu constata que le type s’était blessé et que c’était sûrement pour ça qu’il n’avait pas pu resserrer le truc dans la voiture. Mais bon cela ne la regardait pas vraiment. La petite demoiselle ne dit absolument rien et s’en alla pour retourner faire ce qu’elle faisait un peu plus tôt, elle mettait des dossiers à jours et s’occuper de prendre l’addition que les clients donner avant de partir. Pas très passionnant mais bon. Lorsqu’elle eut enfin finie sa journée elle partit se changer (ben oué elle portait l’uniforme des employés) et allait s’en aller lorsqu’elle croisa son manager devant la porte de sortie. Il lui dit de faire attention à elle car il y avait des agressions ces temps-ci dans le quartier et ensuite il lui donna une clé à molette en lui disant de s’en servir pour se défendre si elle était en danger.

La petite demoiselle fut surprise et s’apprêtait à refuser en lui disant qu’elle n’avait pas besoin de ça pour se défendre mais bon le boss insistait alors elle laissa tomber. Après tout ça pouvait toujours être utilise, ça faisait mal une clé à molette. Yuu lâcha un petit « Merci » avant de s’éclipser, elle n’avait pas vraiment l’habitude de dire cela aux autres et encore moins de recevoir un cadeau de la part de quelqu’un. Bon c’était sûrement parce qu’à son travail elle se montrait un peu moins violente et faisait ce qu’on lui demander sans broncher. En même temps si elle voulait garder son job elle avait pas vraiment le choix hein ?

Yuu, avec sa clé à molette dans une des poches de son pantalon, marchait dans la rue. Elle n’avait pas très envie de rentrer chez elle tout de suite, en fait elle n’en avait pas envie du tout. Avant, lorsqu’elle rentrait chez elle, elle voyait toujours son père qui l’attendait et elle était vraiment très heureuse de le revoir. Sauf que là… Ben il n’y avait plus personne qui l’attendait chez elle. Du coup, la jeune fille n’avait plus très envie de rentrer, même si elle savait parfaitement qu’elle devrait retourner chez elle à un moment où un autre. Yuu n’était pas du tout inquiète quant au fait de se faire agresser, après tout elle savait très bien se défendre, et au pire ce qui arriverait arrivera hein.

Ses pas finir par la conduire au parc où elle s’arrêta, elle aimait le contact de la nature et étant donné qu’elle était dans une ville, ben la nature il y en avait pas des masses. La petite demoiselle grimpa dans un arbre et s’allongea sur une branche d’arbre pour y observer le doux ciel étoilé. Cela l’apaisait, d’autant plus qu’il n’y avait aucun bruit aux alentours, elle pouvait se détendre tranquillement. Et elle se détendit tellement bien qu’elle finit par s’endormir. Ce n’était d’ailleurs pas la première fois que ça lui arrivait mais bon. Yuu passa une nuit plutôt paisible malgré les rêves toujours mouvementés que la jeune demoiselle faisait. Sauf que sa nuit paisible ne dura pas très longtemps, du bruit finit par attirer son attention, elle grommela dans son sommeil et se retourna sauf qu’elle était sur une branche d’arbre.

Etant donné qu’il n’y avait que très peu de place là-dessus, Yuu tomba de la branche et avant de comprendre quoique ce soit elle était tombée sur quelqu’un. Encore endormie, la petite demoiselle bougea et entendit quelqu’un hurler à côté d’elle, une fille qui était assise juste à côté de la personne sur laquelle elle était tombé venait de partir en hurlant. Ses hurlement cassèrent les oreilles de la jeune fille qui venait à peine de se réveiller et mécontente lâcha un « La ferme. ». Yuu se frotta les yeux et poussa un long bâillement avant d’observer la personne que laquelle elle était tombé. Une fille aux cheveux… Bleus ? Et qui ne semblait pas de très bonne humeur.


« Ben quoi ? T’as un problème ? »

C’était quand même pas sa faute si les gens faisaient du boucan et qu’ils l’avaient réveillé.



[Désolé pour avoir mis autant de temps, j’étais pas inspiré XD]


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quand le Destin t'impose quelque chose, t'abdiques. [PV Yuu~]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Envie de taper sur quelque chose
» Y a-t-il quelque chose qui puisse valoir ...
» Quand le destin nous guide sur le droit chemin [PV Brent]
» Si vous voyez quelque chose tomber en poussière, sachez que la Lumière approche.
» Dessine-moi... Quelque chose :B

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arfès • forum rpg de gangs :: RPG :: Meothor, zone centrale :: Parc-